ETUDES SCIENTIFIQUES ET INSTRUMENTALES.

De la campagne à la ville... la pratique instrumentale...

La pauvreté des années 1950 oblige mes parents à récupérer des habits pour vêtir les cinq enfants d'alors. Quant à l'âge de 11 ans je leur demande d' apprendre à jouer de l'accordéon .......c'est mission impossible.
Pourtant devant notre insistance (mon frère cadet Michel et moi) notre père trouve une solution en s'adressant à un cousin saxophoniste (Claudius QUEYRON). Ce dernier prête son instrument et nous prenons des cours particuliers chez Monsieur BELLIER luthier à LAGNIEU (01)....avec un saxophone pour deux au début.
Après deux années de travail nous apprenons rapidement à jouer en groupes dans les harmonies .
Aîné de six enfants je participe aux activités de différents orchestres de variétés dès l'âge de 15 ans pour gagner "quelques sous" et améliorer l'ordinaire d'une famille nombreuse qui a des difficultés "à joindre les deux bouts".
Je participe à l'âge de quinze ans au concours du Royaume de la Musique à Paris (mon père ancien ouvrier agricole est entré à la SNCF, le train est donc gratuit et les cités S.N.C.F. d'AMBERIEU-EN-BUGEY dans lesquelles nous habitons depuis 1955 sont à 500m de la gare).
Je joue pour la première fois avec piano à PARIS et je suis retenu pour une production radiophonique comme lauréat national au saxophone (Fantaisie Variée de A.BRUNIAU). Pour un gamin de 15 ans c'est extraordinaire de s'entendre jouer à la radio (ORTF/France Inter)!
Domicilié à BELLEGARDE/VALSERINE depuis 1958 et Normalien à BOURG-en-Bresse (concours en 1959) je suis envoyé à Lyon après le baccalauréat pour une formation scientifique supérieure à l'Université . Profitant de mon hébergement à l'Ecole Normale de Lyon je passe le concours d'admission au seul conservatoire national de musique existant dans cette ville en octobre 1962.
A 19 ans, interne à l'Ecole Normale de Lyon, je dois demander au directeur l'autorisation de sortir pour suivre les cours du Conservatoire (majorité à 21 ans à cette époque), il faut aussi l'accord de mon père.
Ce directeur est très réticent et me met en garde...."car je dois me consacrer entièrement à mes études d'élève- professeur!...... Pourtant sa fille obtient son prix de piano la même année que moi!... Je le croise donc , 9 mois après, accompagnant sa fille.... à la distribution des prix.... il m'a ignoré feignant de ne pas me reconnaître dans les couloirs de la salle Molière où s'effectuait la remise des diplômes!?........
Je travaille durant toutes mes vacances scolaires, plusieurs années, pour rembourser le saxophone "SELMER" que je dois acheter à crédit pour passer mon concours (jusque là j'ai joué sur un instrument qui ne convient pas..... pour le conservatoire.).....Dans ce milieu il est préférable d'avoir des moyens.....financiers pour arriver plus sûrement.
Dès la première année mon professeur me donne le morceau imposé à travailler en six semaines pour le concours de saxophone supérieur....je passe en même temps les examens à la faculté de sciences.
Tout en poursuivant une formation universitaire j'obtiens donc à l'issue d'une seule année d'études instrumentales au Conservatoire National, un premier prix de saxophone supérieur à l'unanimité du jury, premier nommé de cinq premiers prix dans la classe d'Eugène GAY, au concours de fin d'année (en 1963) . Avec la motivation de cette réussite inattendue (parce que pas du tout informé des niveaux des Conservatoires Nationaux) j'envisage de poursuivre une carrière musicale à Paris.
Mais, sans argent , sans connaissance du monde musical professionnel , ne pouvant rembourser les années passées comme boursier à l'Ecole Normale et aussi grâce au conseil avisé de mon professeur de Conservatoire je termine mes études pour devenir professeur de sciences à l' Education Nationale et ainsi pratiquer la musique pour mon plaisir sans obligation de rentabilité pour vivre de mon art.
Je continue donc pour présenter le Grand Prix de Lyon mais j'abandonne avant la fin de l'année ayant trop de travail pour terminer mes études et surtout moins de motivation.
Cette polyvalence musicale et ma formation générale d'enseignant vont générer des initiatives musicales professionnelles et associatives pour la formation artistique des enfants et des adultes de la région du HAUT-BUGEY(01)........ qui est un désert culturel en 1970 (rubrique vie associative) .

Pratique instrumentale (suite) 1960 / orchestre de l' Ecole Normale / bal d'étudiants à la Jeunesse Laïque de Bourg-en-Bresse.

Saxophone(suite) 1960

saxophone(1961)

PRATIQUE INSTRUMENTALE(1961)

Concours du Conservatoire National de Lyon / 1963

Romance Provençale de Casadessus (extrait: 1964) voir rubrique 2 ème partie: scherzo (année du Grand Prix de LYON en 1964)

Enregistrements de 1965 (saxophone et clarinette ) avec Henri Lacombe au piano ( Nantua).

Orchestre Les Copains du Rythmeen 1967

LesCopains du Rythme en 1969

Orchestre Les Copains du Rythme en 1972

Quatuor de saxophones (musique classique) BELLEGARDE(01)==> 1975

Soprano:Bernard GUYENNON
Alto:Gérard HUMBERT
Ténor:Michel PIQUEMAL (décédé)
Baryton:GilbertJANIN